fbpx

Des cellules de soutiens psychologiques pour les Israéliens qui croisent des Français en vacances

Des cellules de soutiens psychologiques pour les Israéliens qui croisent des Français en vacances

Si Tel Aviv en été est réputée pour ses soirées de folies, ses journées au bord de la plage et ses tarifs ahurissants, on aurait tort d’oublier la migration saisonnière des Juifs de France (qui peuvent se le permettre) en Israël. Ce désagrément commence à impacter les locaux qui ont déjà souffert des alertes aux roquettes. Face à une telle violence culturelle, les autorités ont dû ouvrir des centres de soutiens pour les habitants.

Shay revient pour la seconde fois cette semaine à la cellule d’aide psychologique du Centre Dizengoff à Tel Aviv: « Ils ont installé la cellule ici car au centre Dizengoff, les Français ont peur de s’y perdre et de ne pas en ressortir vivant. »  Pour cet Israélien de 38 ans, l’arrivée des Juifs de France pour les vacances est péniblement vécue: « On pensait que nous parlions fort, mais eux, ils battent nos records. Au final, entre les méduses et eux, on ne sait pas ce qui est le plus douloureux. »

La psychologue Yael Danoun gère le centre et accueille les victimes. Elle précise « On ne généralise pas sur tous les Français qui viennent en Israël… Par exemple, ceux qui ne sont pas juifs sont très biens. » 

Afin d’aider les Israéliens à surmonter ce moment, des solutions sont appliquées par les citoyens du pays depuis plusieurs années. L’un des représentants de la mairie de Tel Aviv, sous couvert d’anonymat, explique: « La principale stratégie afin de soulager psychologiquement les habitants est d’augmenter les prix juste pour les Français. Je ne sais pas si c’est très efficace, mais au moins ça permet de rentrer dans nos frais. »

 

Suivez nous:

Leave a Reply

Your email address will not be published.