fbpx

Hitler se confesse au Gorafeuj: « Tout ceci n’est qu’un affreux malentendu. »

Hitler se confesse au Gorafeuj: « Tout ceci n’est qu’un affreux malentendu. »

Les riches archives du Gorafeuj permettent de mettre, de temps à autre, la main sur des trésors. Ainsi l’extraordinaire témoignage historique que constitue cet entretien accordé par le Fürher du 3ème Reich au seul média israélite de l’époque « Der GoraJuden », le 30 avril 1945.

En voici la transcription intégrale.

Der GoraJuden – Monsieur Fürher, alors que le crépuscule semble s’annoncer sur le 3ème Reich, quel bilan portez-vous?

Adolf Hitler – Globalement, le bilan ne me semble pas si mal que ça, à quelques points de détail. En terme d’infrastructure, les autoroutes sont un franc succès. Pour le redémarrage de l’industrie allemande, les résultats parlent d’eux-mêmes: VolksWagen, une industrie militaire florissante, qui a même permis d’entraîner le reste du monde dans un cercle économique vertueux. Que des succès. Et si vous pensez qu’il y en aurait un pour me dire merci, rien, que dalle, nada, l’ingratitude totale. C’est à vous donnez envie de vous flinguer.

DG – Cependant Berlin est en ruine, l’Allemagne quasiment conquise et cernée. Bref, ça sent..

AH – … le gaz?

DG – Non, le roussi.

AH – Vous parlez de ruine pour Berlin. Mais regardez Rome, y’a aussi des ruines, et tout le monde les admire. De toute façon l’Allemagne sera soit conquise par les Soviétiques ou par les Américains, elle deviendra soit communiste, ou une démocratie libérale, au moins elle échappera à l’un des deux, à moins qu’ils la divisent en deux (rire). Mais ce serait ridicule.

DG – Mais l’Histoire vous jugera plus encore à cause de votre volonté d’exterminer ceux qui n’étaient pas assez « aryens », Slaves, Tziganes, et surtout nous les Juifs en particulier.

AH – Ne soyez pas aussi égocentrique. Et puis quoi encore, c’est pas comme si j’avais commis un crime contre toute l’Humanité.

DG – On estime à 6 millions les Juifs morts…

AH – Ah? oui… quand même. Mais voyez-vous, tout ceci n’est qu’un affreux malentendu qui pourra être facilement dissipé. Je ne peux pas être vraiment antisémite, car j’ai un ami qui s’appelle Joseph… Ok, c’est Goebbels, mais ça compte quand même un peu. J’aime pas dénoncer mes camarades, mais y’en a qui peut pas vous encadrer, c’est Himmler… Vous ne lui direz pas que ça vient de moi, je préfère que ma dénonciation reste anonyme.

DG – Vous sous-entendez que ces morts, ce serait advenu par hasard?

AH – Disons qu’il y a dû y avoir une sorte d’incompréhension dans la chaîne de commandement, un ordre mal interprété, mal compris, un grain de sable dans ce merveilleux rouage de précision mécanique allemande. J’imagine qu’un jour j’ai dû me brûler la langue en buvant un thé trop chaud, et j’ai peut-être pu lâcher par mégarde un « Putain de youpins, flinguez moi tout ça! », et un mec a dû le répéter à un autre, etc. Vous savez, le téléphone allemand est pire que le téléphone arabe. Voilà, en fait, c’est ça, tout le monde est responsable ce qui fait qu’en réalité personne n’est vraiment coupable.

DG – Selon vous, pourquoi vous avez perdu la guerre?

AH – Sans doute car on n’est pas autant « race des seigneurs » qu’on le prétend. C’est très surfait tout ça en réalité.

DG – Des regrets?

AH – Mon pote le Mufti de Jerusalem m’avait invité à visiter la Terre Sainte… Je sens que notre voyage de noces va être légèrement compromis. Dommage. Mais je dois vous laisser, on m’offre une balle en mon honneur…

 

Suivez nous:

Leave a Reply

Your email address will not be published.